22 mars 2018: Pépévi Kpakpo-Lodonou face aux élèves d’Aneho

22 mars 2018: Pépévi Kpakpo-Lodonou face aux élèves d’Aneho

22 mars 2018: Pépévi Kpakpo-Lodonou face aux élèves d’Aneho

Prévu pour se tenir au Clac d’Aného le jeudi 22 mars de 10H à 12H, le café littéraire de Pépévi Kpakpo-Lodonou portant sur son œuvre : Vivre séparément ensemble. Le paradoxe de la vie de couple au Togo s’est plutôt déplacé vers le Lycée d’Aného Ville 1 pour rencontrer les élèves dudit établissement qui étaient en pleine semaine culturelle. Devant la centaine d’élèves rassemblés dans une salle de classe, l’auteur a exposé son œuvre qui relate un fait sociologique majeur : les couples engagés dans la vie conjugale, par la force des choses, finissent par être étrangers dans les foyers, chacun poursuivant plutôt son intérêt. L’auteur met en exergue ce paradoxe : le foyer est censé être le lieu par excellence de l’amour, du partage, de la convivialité, de la chaleur. Mais la plupart des couples togolais l’ont transformé en un lieu de tension, de désamour, de déchirement, de pleurs et d’angoisses, de luttes. Pour l’auteure, c’est surtout la femme qui est la victime désignée dans ce rapport de forces inégales où les structures familiales séparent les choses comme dans une véritable situation d’apartheid. Le bouchon est poussé au comble lorsque des couples qui ne se parlent pas, partagent tout de même l’intimité des relations sexuelles. Faire l’amour en revient à s’accoupler tout juste !

L’auteur a essayé de rechercher les causes de cette situation dans la répartition des rôles sociaux entre homme et femme : « C’est notre société qui a façonné les gens comme cela. Le rôle de la femme, c’est le rôle de l’homme ; il n’y a pas de rôle séparé. Et on peut vivre l’égalité dans la différence. Celle-ci ne saurait se mesurer à la force » s’est-elle exclamé en montrant que le genre et l’égalité doivent être promus dans nos sociétés.

Les élèves très attentifs ont posé plusieurs questions : quel est le véritable rôle de la femme ? Comment un homme et une femme qui vivent dans des chambres séparées arrivent-ils à faire des enfants ? Dans de tels couples, qui prend l’initiative des rencontres intimes ? Enfin, quelles solutions pour régler la désorganisation de la famille ? Deux des élèves ont apporté des témoignages de situations vécues. Le message de Pépévi Kpakpo a donc été bien reçu par l’auditoire.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu